Vous êtes un Alumni ? Identifiez-vous sur le site !

Transition Energétique

En 2019, 4 Alumni AILouvain se sont joints à la Plateforme Transition Energétique de la FABI afin d’objectiver ce débat public souvent chargé émotionnellement et d'établir rigoureusement les attributs chiffrés de chacun des éléments qui entrent en ligne de compte dans les choix de société menant à des visions énergétiques durables, fiables et à coûts acceptables.

Résumé et conclusions des travaux de la plateforme Transition Energétique de la FABI

EXTRAIT du rapport FABI

« Malgré des choix technologiques prudents (faible prise en compte des technologies de stockage dont la mise en œuvre massive reste aujourd’hui trop incertaine), une part réfléchie des énergies renouvelables (>50%) et une évolution raisonnable des comportements, une réduction des émissions comprise entre 67 % (avec sortie progressive du nucléaire) et 77 % (en conservant le nucléaire) est accessible sans remettre en cause la société de croissance. Par contre, aucun des trois scénarios n’atteint la cible des 95 % de réduction à l’horizon 2050. »

Rappel sur le projet fédéral de loi Climat: La Belgique a ratifié les Accords de Paris 2015. Dans un cadre européen, elle s’est engagée à réduire ses émissions de 55 % à l’horizon 2030 et de 95 % à l’horizon 2050 en portant à 100 % la part électrique d’énergies renouvelables (ENRi + biomasse + hydroélectricité).

NB : Le rapport "Belgian Energy Outlook 2050" adresse aussi les problématiques de l’habitat, des transports, de l’industrie et de la pétrochimie. Les technologies de stockage (pompage/turbinage, batteries, hydrogène) sont prises en compte, en considérant que leur mise en œuvre massive reste aujourd’hui trop incertaine. La version complète est disponible sur le site web de la Fabi.

 

CONCLUSIONS - Les pistes à suivre (« Belgium Energy Outlook 2050 »)

Quelles sont alors les solutions pour atteindre l’objectif ?

La première est de conserver le parc nucléaire voire de l’étendre et d’utiliser cette opportunité pour y mettre en œuvre de la cogénération en récupérant pour l’industrie la chaleur fatale perdue. …..

La seconde solution suppose que le gaz et le nucléaire seront à moyen terme totalement substituables par des énergies renouvelables grâce à la mise en œuvre massive d’unités de stockage : pompage/turbinage, batteries et hydrogène. …………

La troisième solution consiste à capter puis à injecter dans le sous-sol une partie du CO2 résiduel (entre 20 et 30 millions de tonnes annuelles) provenant des gros émetteurs industriels et des futures centrales à gaz. …………

Enfin, la dernière solution serait d’imposer des mesures sociétales draconiennes (restriction des transports, de la surface habitable, de la température des logements, de la consommation d’eau chaude et d’électricité). ……….

Odoo image et bloc de texte

EXTRAIT de La Libre 16/10/2019

L’objectif de 95 % de réduction des émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2050, tout en garantissant la croissance économique du pays est-il possible ? Oui. Mais il ne faudrait pas se priver trop vite de l’apport du nucléaire. 

Source : « Sans le nucléaire, la Belgique peinera à atteindre ses objectifs climatiques » - La Libre Belgique, 16 octobre 2019

https://www.lalibre.be/debats/opinions/sans-le-nucleaire-la-belgique-peinera-a-atteindre-ses-objectifs-climatiques-5da5f3d09978e218e33bba86